Les artistes

Nurcan Giz

Nurcan Giz

Née à Istanbul
Université d’Istanbul (Département Psychologie)
Ecole des Arts Décoratifs, Genève

En permanence à la galerie GNG à Paris depuis 1996

Expositions : Genève, Istanbul, Ankara, Izmir, Gent, Strasbourg, Nîmes, La Haye, Bâle, Amsterdam, Wien, Berlin, New York, Paris, Karlsruhe…

Exposition « Espace des Blancs Manteaux » Paris 2005
Salon d’Angers « Tryptique » 12 octobre – 18 novembre 2007
« L’Orangerie du Sénat » 2012
« Musée de Tessé » Le Mans 2014
« Château Musée Grimaldi » Haut de Cagnes 2014

Deux catalogues disponibles

Introduction à l’exposition au Musée de Tessé (Le Mans en 2014) :

« On ne peut qu’être frappé par le parcours singulier de Nurcan Giz. Elle a commencé à peindre très tôt, mais avant de se consacrer
pleinement à son art, elle a d’abord suivi des études de psychologie à l’Université d’Istanbul, sa ville natale. Mais ce qui pourrait sembler une double vie ne l’est qu’en apparence, car elle considère elle-même que ces deux activités, on pourrait dire ces deux faces de sa personnalité, sont intimement liées.
Sa peinture est résolument non figurative, dans le sens où elle ne cherche pas à représenter le réel. Mais on sait bien, pour paraphraser
Paul Klee, que l’art n’a pas pour fonction d’imiter le visible, mais de révéler derrière les apparences une réalité autre que celle qui est tangible. Nurcan Giz explore la profondeur de la mémoire, comme pour faire remonter à la surface des souvenirs et sentiments. Dans une démarche qui relève de l’introspection, elle nous révèle un monde intérieur profondément enfoui.
Avant tout libre, la peinture de Nurcan Giz échappe à tout classement. Elle superpose des grands aplats de couleur sombre obtenus par de larges touches et des gestes rapides, et des fonds plus paisibles et brumeux aux couleurs nuancées, où viennent s’inscrire des traces presque imperceptibles, des coulures, des griffures, des marbrures, cherchant à dévoiler quelque secret. Ni tumulte ni violence, dans cette peinture, mais du calme et du silence, un climat de méditation poétique. Pourtant, derrière cette apparente immobilité, on sent une énergie intérieure bouillonnante, un mouvement très lent comme un courant de lave qui s’écoule inexorablement.
Nurcan Giz utilise une palette chromatique volontairement restreinte à des tonalités terreuses, des bruns, ocres, bistres, beiges, des gris bleutés parfois teintés de roux. Et la présence du noir fait d’une matière dense et moirée, riche de multiples nuances, non pas symbole d’obscurité mais qui renforce encore l’impression de mystère.
L’agencement des matières et des couleurs crée un sentiment de profondeur. En arrière-plan, des surfaces semblent lointaines, dans des nuances fondues, vaporeuses et transparentes, semblables à des nuages blancs et gris aux formes changeantes. Elles portent parfois des traces, comme des murs qui auraient conservé de lointains souvenirs de la vie qui les a animés. L’artiste évoque elle-même sa fascination ancienne pour les murs, « surfaces qui ont vécu » et qui témoignent de l’écoulement du temps.
Au premier plan, comme autant de signes, les grandes masses noires imposent leur présence frontale et puissante. Dans ces ciels d’orage bas et lourds se livre une lutte silencieuse où des souvenirs lointains et presque effacés cherchent à échapper à l’oubli. De cette confrontation des contraires, de l’opposition du noir et du blanc, émerge une lumière qui éclaire les toiles de l’intérieur et pénètre tout l’espace du tableau.
La peinture de Nurcan Giz, pleine de rêve et de mystère, appelle une exploration attentive, tels les murs du poète
Edouard Glissant :
C’est dans les murs
Que sont les portes
Par où l’on peut entrer.
François Arné Conservateur en chef du patrimoine
Directeur des Musées du Mans

 

« La peinture de Nurcan Giz créé ses propres lois plastiques en dehors de tout alibi du sujet. Aux possibilités que son art lui propose, elle confère une valeur expressive conforme à sa sensibilité secrète, en accord avec sa notion de perfection ou plus exactement d’aboutissement que l’artiste met en toute chose. C’est dans ce double registre de la discrétion et de la ferveur que Nurcan Giz conquiert son langage. Sans jamais céder à la facilité ni à la négligence, elle se fait l’interprète d’un réel plus authentique que la réalité objective dont toute la singularité repose sur une structure lisible. Des formes irrégulières émergent d’une substance vivante, plaine féconde soumise aux empâtements ou aux assauts lyriques des forces en présence pour faire advenir le visible de la peinture. Libérée des codes habituels de la représentation figurative, l’artiste peut entreprendre l’exploration de l’espace, conjointement à celle de la lumière. »

Lidya Harambourg

Nurcan Giz

Born in Istanbul
Istanbul University (Psychology)
Decorative Arts School, Geneva

In her work there is the presence of a singular silence.

Works permanently with GNG in Paris since 1996

Exibitions : Genève, Istanbul, Ankara, Izmir, Gent, Strasbourg, Nîmes, La Haye, Bâle, Amsterdam, Wien, Berlin, New York, Paris, Karlsruhe…

« Nurcan Giz’s painting creates its own plastic laws outside any alibi of the subject. To the opportunities her art offers her, she gives an expressive value in compliance with her secret sensitivity, consistent with the notion of perfection or more exactly of success that the artist puts in everything.

It is in this double register of discretion and fervour that Nurcan Giz conquers her language. Without ever giving way to easiness or neglect, she is the interpreter of a more authentic reality than the objective reality the singularity of which is based on a readable structure.

Irregular shapes emerge from a living substance, fertile plain subject to thickenings or lyrical onslaughts of existing forces to bring out the visible in paint. Liberated from the usual codes of figurative representation, the artist can undertake space exploration, together with that of light. »

Lidya Harambourg

Catalogue des oeuvres exposées en PDF sur simple demande

 

 

Voir les oeuvres de Nurcan Giz

Nurcan Giz

Laisser un commentaire

"A La Galerie Audrey Marty, je veux montrer du beau qui génère de l\'émotion. Je cherche ce qui relie, qui rassemble, qui épanouit. Je suis à la recherche d\'un art qui rapproche les êtres. Je ferai tout pour créer de l\'émotion positive, une galerie joyeuse avec un art intemporel (tant pis pour la mode !) et une dimension poétique (pas dans l’air du temps non plus mais tellement nécessaire ! L’art porte en lui une forme d\'humanisme ; au-delà de l\'œuvre d\'art, il y a une relation, un partage entre les êtres, entre celui qui regarde et celui qui crée, qui donne à regarder. Avoir une œuvre d\'art chez soi, c\'est instaurer un dialogue avec un autre… mais également avec soi-même." - Audrey Marty